De la chaussure à l'habillement, le groupe Héraultais GDC traverse toutes les crises de son secteur et accélère son développement

 

Tous les mois sur notre site internet et notre newsletter, nous donnons la parole à nos partenaires entrepreneurs, directeurs(trice), gérants(te) de sociétés pour parler communication et marketing mais aussi de l'activité de leur secteur.

Pour cette deuxième interview,  nous sommes partis à la rencontre de Bertille Panis, responsable commerciale et marketing du groupe familial Héraultais GDC.  Un groupe familial qui se développe prudemment et qui traverse toutes les crises du secteur avec intelligence.

 

Bertille Bonjour, peux-tu nous présenter le Groupe GDC pour lequel tu travailles depuis 9 ans :

Créée en 1975,  Chauss34 devenu le groupe GDC, compte aujourd'hui une quarantaine de boutiques de Bordeaux à Nice et un site de vente en ligne gdcboutique.com avec une nouvelle version prévue pour le 14 Novembre prochain. 

"Nous sommes le groupe numéro 1 en France dans le marché des indépendants multimarques en chaussures

et nous avons l’ambition  de le devenir aussi dans le textile multimarques"

Pour vous donner quelques chiffres: GDC c’est aujourd’hui plus d’1 million de paires de chaussures vendues par an pour la femme, l’homme et l’enfant. Nous sommes le groupe numéro 1 en France dans le marché des indépendants multimarques en chaussures et nous avons l’ambition de le devenir aussi dans le textile multimarques . Sur les 40 boutiques, près de la moitié ont un rayon textile dans lesquel on peut retrouver les plus grandes marques pour toute la famille comme le Temps des Cerises, Levis, Vans, Les petites bombes, Guess…

Aujourd’hui,  près de 300 collaborateurs évoluent chez GDC: une entreprise familiale, locale et responsable. L'équipe est répartie entre les magasins et le siège social situé à Béziers.

 

Chauss 34 a 47 ans, le réseau compte aujourd'hui 40 boutiques + le site internet, le groupe continue de se développer malgré une conjoncture économique difficile qui a même été fatale pour de nombreuses marques (Camaïeu, San Marina...) . Quelle est votre stratégie   ?

Tout d’abord,  nous avons conservé notre culture d’entreprise familiale,  nous continuons de travailler avec des familles pour des familles, nous valorisons les circuits courts et le qualitatif,  c'est la décision la plus importante. Depuis,  10 ans nous avons opéré un repositionnement sur la sélection des produits :  des produits plus qualitatifs et plus durables majoritairement en cuir, venant pour 85% d'entre eux,  d'Europe . Ce reposionnement,  nous permet aujourd’hui d’être le Numéro 1  Indépendant et de proposer à nos clients des produits moyens -hauts de gamme qui répondent à leurs besoins. Les usines europénnes étant plus proches de chez nous, nous sommes plus réactifs, plus flexibles pour nos collections et encore plus dans le contexte actuel où le transport devient une charge importante. Tous ceux qui s'approvisionnent en dehors de l'Europe ont effectivement plus de difficultés que nous. En parallèle de cela,  nous avons intégré sur le même principe que la chaussure,  des rayons textiles dans nos boutiques. C'était une attente forte de nos clients.

Quelle place a le marketing et la communication dans le groupe ?

C’est un service qui croit de manière exponentielle chaque année. Pour l’anecdote,  il y a 9 ans à mon arrivée,  la communication se limitait à  des parutions dans le Midi-libre alors qu'aujourd'hui notre communication est multi canal. Nous utilisons la presse mais aussi la radio, l'affichage urbain, le digital. Nous avons une communauté sur tous les réseaux sociaux avec plus de 20 000 abonnés.

"En 10 ans,  nous avons multiplié le chiffre d'affaires par 5 et le budget marketing par 15"

Notre force est aussi de nous adapter à notre clientèle de Tik Tok à facebook et  de réaliser quand des boutiques en ont besoin des communications spéciales sur leurs zones géographiques. Par exemple, lors de la rénovation de notre boutique d’Aurillac sous l’enseigne GDC, nous avons ciblé notre communication en sélectionnant des partenaires radio, presse, affichage régionaux et en géolocalisant nos campagnes digitales.

Pour  vous donner quelques chiffres,  en 10 ans,  nous avons multiplié le chiffre d'affaires par 5,  le budget marketing par 15, la base de données par 20 avec prés de 350 000 clients dans notre base.

Ces 10 dernières années,  le marché de la basket a explosé, il représente par an au niveau mondial plus de 55 Milliards de dollars, les chaussures de sport sont passées du statut de produit à celui d'icônes culturelles comme les sneakers. ( Des Nikes Air Yeezy 1 portées par Kanye West ont été vendues  en 2021 1,8 millions de dollars ). Est-ce que tout cela est le fruit du marketing et de la communication ou de la qualité du produit ? 

C’est du pur marketing produit. Dans notre société,  nous sommes aux antipodes de cela. Pour nous la valeur ajouté du marketing d’un produit ne doit pas être supérieure à la valeur même du produit . Nous souhaitons proposer le prix le plus juste  en  tenant compte  de sa qualité et de sa  valeur intrinsèque

"Il ne faut pas oublier que l’on vend un produit chaussant et pas un produit publicitaire"

Aujourd’hui,  des produits de ce type qui sont vendus aux alentours de 140 €, ont un coût de production qui ne dépasse pas les 10€.  C’est la communication et le marketing qui font grimper le prix . En ce qui nous concerne, nous  prenons le contrepied et nous préfèrons proposer des produits à leur vrai valeur en marketant aux clients leurs vrais atouts .

Nous travaillons avec des marques chalengeuses, que nous faisons émerger du marché de la chaussure grace à notre réseaux de distribution, nos shootings photos et notre communication. C'est le cas par exemple de la marque Semerdjian, une jeune marque marseillaise qui fait fabriquer au Portugal des sneakers très tendances et tout en cuir.  Cette marque fonctionne très bien en boutique.

Il ne faut pas oublier que l’on vend un produit chaussant et non pas un produit publicitaire… nous pensons, que notre authenticité est apprécié  de nos clients et nous permet de perdurer.

Le groupe est né dans le sud et continue son développement, en remontant petit à petit vers le nord. Quel est le modèle de votre développement ? 

Notre développement est le fait d'opportunités et  d’acquisitions d’ entreprises familiales externes. À ce jour,  nous recevons régulièrement des demandes de franchises mais nous préfèrons rester 100% succursalistes afin de ne pas changer de modèle, de vision d’entreprise et dans l’intérêt de nos collaborateurs .

Notre fer de lance reste la satisfaction et la fidélité client, on ne veut pas tout miser sur le chiffre à l’instant T. Nous souhaitons que nos  clients reviennent et que nos magasins deviennent leur destination favorite. Le fait de rester un groupe indépendant et familial, nous permet de garder notre cap,  de maintenir nos valeurs au sein de nos boutiques et de rester authentique.

On ne le sait pas forcément mais la France produit encore des chaussures,  27 millions de paires produites en 2021 contre près de 199 millions  encore en 1985. Depuis 2016,  la fabrication est reconnue comme métier d'Art. Quelle place ont les marques françaises dans vos points de vente ?

Aujourd’hui c’est 27 millions de paires mais quand on étudie la répartition, on trouve beaucoup de pantoufles, de produits de luxe et des marchés de niche. A l'exception des pantoufles Françaises que nous avons en rayon,  la majorité des produits ne répondent pas aux besoins de nos clients, le savoir-faire Français est resté dans le luxe avec des chaussures a plus de 200€. Beaucoup aussi revendiquent  le made in France mais ne font qu’assembler en France.

Notre fil conducteur est de favoriser les circuits courts. Actuellement,  nos usines partenaires sont  situées en Europe dont certaines à Gérone,  ce qui est vraiment très proche de notre entrepôt de Béziers.

Quels sont les futurs projets du groupe ? Produire vos chaussures ? Metavers ? NFT ?

Notre projet prioritaire est de développer de nouveaux réseaux de communication comme Tik Tok , Pinterest afin de communiquer avec une cible plus jeune,  à la recherche d’informations sur les nouvelles tendances.

Ensuite, nous souhaitons mettre en place la phygitalisation* de nos points de vente afin de proposer toujours plus de services à nos clients (Neologisme* :  provenant de la contraction  entre Physique et Digital).

En ce qui concerne le métavers et tout ce qui gravite autour, nous restons encore des chausseurs et notre volonté est de perdurer en offrant à nos clients une expérience en boutique avec des relations humaines. Essayer des chaussures avec un casque de réalité virtuelle,  nous semble compliqué.

Dans nos autres projets,  nous souhaitons renforcer sur notre nouveau site internet :  le choix,  améliorer l'accès aux produits,  ainsi que proposer un service de livraison multi canal ( livraison à domicile ou retrait dans toutes nos boutiques).

Enfin,  nous avons des projets de développement sur les marques exclusives que nous distribuons. Elles représentent à ce jour, 15% de nos sélections en boutique, c'est un vrai argument de différenciation .  

En termes de RSE,  nous avons déjà  mis en place de nombreuses actions mais nous communiquons peu  dessus comme proposer de plus en plus de modèles de chaussures en matière recyclée. Nous travaillons depuis 16 ans par exemple avec la marque Natural World. Cette marque  présente dans tous nos magasins depuis de nombreuses années est présentée aujourd'hui  par certains de nos confrères comme une nouveauté, ils s’en servent comme fer de lance pour leur communication RSE. Dans nos autres démarches RSE,  nous favorisons dans nos projets,  les circuits courts et les partenaires régionaux pour diminuer notre empreinte carbone.  Nous adaptons notre consommation en énergie au travers d’aménagements en boutique et au siège social  comme avec la mise en place d’éclairages leds, de panneaux photovoltaïques. Nous avons amenagés des points de recyclage des emballages carton. Enfin,  nos équipes terrain roulent en véhicules hybrides.

Merci Bertille.

Retrouvez GDC sur gdcboutique.com et sur les réseaux sociaux  :  Facebook, Insta ,  et bientôt Pinterest et Tik Tok

 

Notre actualité

Concert Privé RTS Christophe Willem devenez partenaire
Associez-vous à l'opération antenne RTS autour de la coupe du monde de foot 2022

Autres actualités média

98% des Français s’informent tous les jours dont 47% via la radio
Le retail doit continuer sa transformation vers un modèle plus local et durable