Les nouveaux enjeux de la radio

 

Les nouveaux enjeux de la radio

Presse, radio, télévision font face à un marché marqué par de profondes métamorphoses des usages ainsi que par de profondes transformations de leurs modèles économiques et éditoriaux. La radio paraît cependant moins souffrir que ses homologues de la presse et de la télévision. Il y a sans doute deux grandes raisons :

D’abord pour beaucoup la radio est un média que l’on peut vraiment consommer en faisant autre chose, media traditionnel du matin et du hors domicile en particulier grâce à l’autoradio, la radio est devenue le média de la mobilité en toutes circonstances grâce au smartphone. En 2017, le téléphone mobile est devenu le premier écran pour surfer sur les sites et applications radio et musique. Les stations ont vraiment digitalisé leurs offres en témoignent les 3,7 millions de Français qui utilisent leur smartphone pour écouter leurs programmes favoris. Le poids des smartphones est encore plus marqué chez les 15-24 ans.

La bonne santé de la radio, elle la doit aussi à ses contenus et à la qualité de ses programmes.

Le prime time de la radio c’est le matin avec des matinales stratégiques pour les stations.

Selon une étude Médiamétrie parue en 2018, plus de 8 Français sur 10 consultent pour s’informer, au moins un média le matin du lundi au vendredi et la radio est le média le plus populaire, (plus 52% des individus écoutent au moins une station), devant la télévision ( 26% choisissent la télévision) et la presse (18% lisent les journaux) . Il faut dire que la radio est le média de l’instantanéité et de l’authenticité. Malgré ses atouts la concurrence du smartphone et d’internet n’est pas loin, puisque 45% des individus plongent aussi la tête dans leur smartphone dès le réveil pour effectuer la même action.

La radio ne doit pas s’endormir sinon elle risque de se mettre en danger. Elle va devoir dans les prochaines années faire face à 3 grands défis :

 Défi n°1 : la numérisation

La radio numérique terrestre a été lancée partout en Europe cependant en France, 10 ans après, elle continue de faire débat. Les leaders du marché préfèrent numériser leurs offres principalement par Internet. Cependant se pose la problématique de qui contrôle les accès à l’auditeur final ? Aujourd’hui certains grands groupes de radio revoient donc leur copie et commence à s’engager sur la radio numérique terrestre.

 

Défi n°2 : la modernisation de la mesure d’audience

Aujourd’hui l’audience des radios est mesurée via l’enquête 126 000 radio. Cette méthode de sondage est complexe car il est de plus en plus difficile de joindre les sondés.  De plus, cette mesure exclue une partie de l’audience. En effet, si Médiamétrie mesure l’audience digitale et hertzienne de façon égale, elle ne prend pas en compte les flux audio-vidéo. Or aujourd’hui pour capter de la publicité digitale et lever de la croissance la radio a besoin de cette mesure. Si la mesure d’audience ne se modernise pas, les investissements publicitaires échapperont à la radio comme ils échappent aujourd’hui à la presse et à la télévision au profit des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) qui captent près de 80% de la publicité en France.

 

 Défi n°3 : l’innovation dans les modes de consommation

Comme tous les médias, les radios sont confrontées à un changement des modes de consommation de l’information et du divertissement en particulier chez les jeunes. Streaming, podcasts, webradios, radio-filmée….l’offre de programmes est de plus en plus large.

Aujourd’hui les grandes tendances sont les podcasts natifs, c’est-à-dire avec des contenus inédits en écoute à la demande, la radio filmée qui n’apporte en soit aucune grande innovation mais qui est demandée par le public, d’ailleurs aujourd’hui, l’audience de certaines matinales serait plus importante en vidéo qu’en audio seul et la dernière tendance est la révolution des assistants vocaux. Aux Etats-Unis le premier service utilisé sur les assistants vocaux est la radio.

Ce ne sont que des tendances du moment, tout reste encore à inventer mais les radios doivent continuer de répondre aux attentes du public et à être à l’écoute de leurs auditeurs pour continuer à s’inscrire durablement dans le paysage des médias.

 

Notre actualité

EN JUIN, ILS NOUS REJOIGNENT, BIENVENUE À NOS NOUVEAUX ANNONCEURS
EN MAI, ILS NOUS REJOIGNENT, BIENVENUE À NOS NOUVEAUX ANNONCEURS

Autres actualités média

Les Français et les matinales d’information
ENQUETE 126 000 JANV- MARS 2018, LES INDES RADIOS TOUJOURS 1ERE AUDIENCE DE FRANCE